L'HISTOIRE DE L'ÉCOLE CENTRALE


La fondation de l'Ecole Centrale

Au début du XIXe siècle, il devient impératif pour l'industrie française d'accompagner l'ère industrielle et favoriser le développement des applications pratiques des grandes découvertes scientifiques récentes.
Pour ce faire, il faut des ingénieurs civils dotés d'une solide formation dans les domaines industriels et scientifiques : en 1829, l'Ecole Centrale des Arts et Manufactures est créée par 4 personnalités particulièrement ouvertes au développement de la "Science Industrielle".
Alphonse LAVALLEE, homme d'affaires nantais, met sa fortune personnelle dans la création entièrement privée de cette école faite pour former "les médecins des usines et des fabriques". Il s'adjoint des scientifiques ou savants de grand renom comme Jean-Baptiste DUMAS, Théodore OLIVIER et Eugène PECLET qui en sont les premiers professeurs.

Les différentes localisations de l'Ecole Centrale

Installée par Alphonse LAVALLÉE dans l'Hôtel de Juigné (devenu depuis Hôtel Salé ou Musée Picasso) dans le quartier du Marais, l'Ecole est déplacée en 1884 rue Montgolfier à côté du Conservatoire des Arts et Métiers ; enfin en 1969 elle s'installe à Châtenay-Malabry, en banlieue sud, sur un campus de 18 ha près du parc de Sceaux.

L'Histoire de l'Ecole au fil des ans

Vingt ans après sa création, les jeunes ingénieurs issus de Centrale occupent des places de premier plan dans l'industrie où ils se font remarquer par leur sens de l'innovation, leur esprit d'entreprise et leur compétence de gestionnaires.
Tous les grands secteurs industriels sont lancés et développés sous l'impulsion de Centraliens. Il suffit de se référer à la Galerie des Portraits des grands Anciens pour en être assuré : Eiffel, Blériot, Peugeot, Michelin, Leclanché... ont laissé leur nom dans l'histoire du développement industriel de la fin du XIXe siècle et sont aujourd'hui des références de créativité et de réussite.
Dès 1837
Des Centraliens diffusent le modèle de l'École Centrale au-delà des frontières : la Faculté Polytechnique de Mons en Belgique, l'École Polytechnique Fédérale de Lausanne en Suisse sont les premières à être rapidement créées...
1848
Les Centraliens se regroupent au sein d'une association, la Société Centrale des Ingénieurs Civils. Nouveau "corps social", les ingénieurs s'organisent...
1857
Afin d'assurer sa pérennité A. LAVALLEE fait don de l'École Centrale à l'État français.
1862
Le titre "Ingénieur des Arts et Manufactures" est créé.
1921
Les premières centraliennes sortent de l'École munies du diplôme.
1946
L'École demande son inscription au budget de la Nation ; elle est désormais au sein des enseignements supérieurs, dotée de la personnalité civile et morale et de l'autonomie financière.

Les objectifs de la formation à l'Ecole Centrale

Depuis sa création, la polyvalence scientifique et technique des centraliens est assurée par la couverture de la connaissance des sciences pour l'ingénieur et par l'adaptation de l'Ecole et de son projet éducatif aux exigences de son aval, les entreprises. Au fil des ans, les écrits et les témoignages nous montrent combien la fidélité à la vocation originelle est présente dans la stratégie de l'Ecole mais aussi comme l'adaptabilité a été un moteur essentiel de son dynamisme et de son succès et a su répondre à l'attente de ses partenaires, les entreprises.


Consultez le site de l'Ecole Centrale