Formation des ingénieurs: les grands principes

Le système français de formation des ingénieurs s' est bâti lentement au cours de l'histoire. Il porte la marque de valeurs très directement liées à notre culture et se distingue à ce titre des inspirations anglaises (acquisition de connaissances d'abord, puis mise à l'épreuve sur le terrain) ou alemandes (longueur du processus, rapport imposé avec la recherche).

Une formation plus pré-professionnelle que professionnelle

Le premier principe qui doit être mis en avant est celui du carctère pré-professionnel des études. Les formations d'ingénieurs donnent à leurs diplômés les éléments d'une qualification professionnelle, qui se bâtira dans un contexte profesionnel précis, non déterminé à l'avance. Un ingénieur est un homme qui développe une compétence générale , au sens d'une aptitude à être confronté à des problèmes ou a des situations non connues à l'avance.

Des acquis qui ne se limitent pas à l'acquisition de connaissances

Dans ce contexte , les acquis des diplômés se situent sur plusieurs plans

On a trop tendance à identifier toute formation à l'acquisition d'un simple savoir. Si celui-ci est indispensable, il ne prend ici son sens que s'il est lié à une maîtrise de méthodes et à des dimensions qui relèvent du savoir être. On peut rapporter les méthodes à des capacités à poser et résoudre des problèmes, mais il faut également y ajouer un bon jugement et un sens des ordres de grandeur.

La formation à la recherche est par exemple totalement tributaire d'une acquisition de méthodes ( apprendre à se documenter à conduire des expériences…) alors même qu'elle est percue comme le sommet du savoir .

De nécessaires expériences pratiques

Si l'acquisition de savoirs peut se faire au travers d'un simple face-à-face élèves-professeurs, il est patent que l'apprentissage de méthodes implique une confrontation à des situations pratiques, comme le traduit schématquement le tableau suivant:

Clés schématiques de partage enseignement traditionnel expérience pratique
acquisition de connaissances
90%
10%
acquisition de méthodes
50%
50%
acquisition de compétences sociales (soft skills)
20%
80%

L'immersion dans une communauté éducative

Un dernier principe très présent dans l'approche française est le rapport très fort entre l'élève-ingénieur et l'établissement qui l'accuielle. On peut parler à cet égard de véritable communauté éducative, où le profit de la formation se bâtit à la fois dans les activités scolaires, mais tout autant dans la vie extra-scolaire ( activités élèves, vie sociale de l'établissement). La vigueur des associations d'anciens élèves s'applique à prolonger cette dynamique durant la vie professionnelle.

Ce sont l'ensemble de ces principes qui forment ce que l'on peut appeler la philosophie de la formationd'ingénieur à la française, que l'on attache souvent au vocable de "Grande Ecole"

.