Les tableaux du Point (***)

Site du magazine: Le Point janvier 2004.Tableaux et classements basés sur des indicateurs propres

Le lourd passif de 2003

En 2003 Le Point a publié un classement des écoles qui frisait l'indécence. Beaucoup de chiffres étaient faux. L'insistance à calculer des ratios budgétaires (plus riche = meilleur !) sur des bases d'ailleurs erronées heurtait le bon sens. Des écoles semblables étaient inexplicableement décalées…Mais la puissance des médias est telle qu'aucune école n'a protesté, sinon attaqué un exercice franchement fantaisiste.

Un recentrage bienvenu en 2004

La cuvée 2004 donne un exercice notablement plus réaliste, où les gros dérapages de 2003 ont été corrigés. Les données budgétaires ont été évacuées et le travail de repérage soigneusement segmenté (écoles bas, écoles bac+1 - pédagogies et professionnalisme). On reste malgré tout quelque peu perplexe devant certaines valeurs, qui montrent que la faibilité de l'exercice n'est toujours pas garantie: mais au fond qui la demande?

Que faire avec l'école polytechnique?

Les tableaux du Point traduisent bien le problème posé par l'école polytechnique. Si l'école polytecnique est l'école préférée des élèves spéciales ( ou presque en oubliant les ENS) et si son projet pédagogique reste tout à fait remarquable en soi par son ouverture et son détachement de visions utilitaristes, ce n'est pas positivement une école d'ingénieur et l'utilisation des mêmes critères a toute chance (devrait même) de donner à l'X un classement aléatoire.

La solution sage qui consisterait à place l'X dans une catégorie hors norme ( comme les ENS) étant curieusement écartée par les journaux , ceux-ci sont confrontés à un dilemme régulier: comment placer l'X en tête de liste ( le contraire ne ferait pas sérieux)? Il faut alors tordre les chiffres pour arriver année après année à ce résultat:

Dans les tableaux 2004, on calcule par exemple l' encadrement sur la base de 250 enseignants , en oublaint de préciser que la plupart ne sont qu'à temps partiel et surtout non résidents à l'école (ce qui change tout de même des choses!). L'expérience internationale moyenne ne cadre pas avec la durée du stage (3 mois) et les doubles diplômes comptabilisés ne sont pas symétriques

 

Ecoles prépas   Ecoles bac  
Qualité pédagogique
Professionnalisme
Qualité pédagogique
Professionnalisme
On reste ici dans le grand classique,
Classement très conventionnel
Polytechnique difficile à interpréter Mines de Paris   INSA de Lyon   ECE Paris  
Ponts et Chaussées a priori justifié Sup élec   INSA Toulouse   UTC  

Centrale Lyon

  Centrale Paris   UTC Compiègne   EPF  
Centrale Paris   Télécom Paris   ECE Paris   UTT Troyes  
INA Paris-Grignon   Ecole polytechnique difficile à interpréter ESIEE Paris   ICAM lyon  
Mines de Paris   Mines de Nancy   INSA Rouen   EISTI  
Mines de Nancy   Supaéro   ISEP Paris   ESIGELEC  
Ina Pg   Arts et Métiers   ISEN   INSA Toulouse  
Arts et métiers   Ponts et Chaussées   EFREI   INSA Lyon  
Centrale Lyon   ESIM Marseille   ICAM   ESIEE Paris  
Centrale Lille   ENSPM   ENSGI   ISEP  
ENSTA   Centrale Nantes   EISTI   UTBM  
Mines Nancy   Centrale Lyon   UTT Troyes   ESME Sudria  
Mines de St Etienne   Physique Chimie   ESIGELEC   ISEN  
Supélec   Mines Nancy   ESTACA   ESEO Angers