Les différentes possibilités après le bac

Les classes préparatoires


Voir aussi Intégrer une école après les classes prépas

Informations utiles

 Choisir de passer par les classes préparatoires

Intégrer une classe préparatoire, c'est choisir la voie royale d'accès aux études d'ingénieurs, mais également la voie la plus difficile. Les rythmes de travail sont intenses et il faut posséder une grande discipline de travail et pouvoir affronter la pression psychologique des concours qui en constituent l'horizon. Il existe un taux d'abandon assez élevé dans les premiers mois de classes préparatoires (repli sur l'université). On aurait tort malgré tout de négliger les bénéfices à terme du passage en prépas en termes de capacité de travail intensif et de rigueur.
Par ailleurs, tout le monde n'arrive pas au septième ciel. Il y a des écoles plus modestes, plus éloignées, moins motivantes ... Existe également le risque de vous retrouver dans une école de chimie ou de mécanique alors que vous souhaitiez faire de l'électronique : le système des concours ne permet pas toujours d'entrer dans l'école de votre choix, ni de poursuivre des études dans le domaine que vous souhaitez (accès aux écoles en fonction du classement aux concours).

En résumé, oui aux classes préparatoires si vous êtes un bon, voire un très bon élève, à la scolarité régulière ; si vous savez travailler, beaucoup, vite et bien ; si vous avez une bonne santé physique et psychique, si l'effort vous stimule.

 Les principes

Elles se situent dans les lycées (et dans certains établissements privés) et se déroulent sur deux années. Leur objectif est d'assurer à leurs élèves les meilleures chances de réussite aux concours des grandes écoles scientifiques.

Les classes préparatoires focalisent leurs efforts sur une préparation intensive aux concours, fondée sur la connaissance d'un vaste programme et la capacité à résoudre en temps limité des épreuves difficiles, à l'écrit comme à l'oral.

Pour faire une bonne prépa, il faut donc être un bon, voire un très bon élève, et savoir travailler vite et bien. Les horaires d'enseignement sont lourds et ne constituent qu'une partie de l'effort demandé aux élèves, qui ont également beaucoup de travail en dehors des heures de cours. Le rythme des classes préparatoires nécessite donc une bonne organisation et une certaine solidité psychologique.

Si ce temps de scolarité imprime aux élèves des traits de caractère reconnus et appréciés ultérieurement, ainsi qu'un réel sens de l'effort intense et prolongé, il n'en demeure pas moins que l'un des défauts incontestables du système est le manque de lien réel entre le travail en classes préparatoires (très abstrait) et l'orientation vers la profession d'ingénieur.

Ce constat, allié à la volonté de lutter contre une hiérarchisation des classes préparatoires (M'>P'>M>P) - aboutissant à une sélection par l'échec - et au souhait de promouvoir les sciences appliquées et la technologie, a conduit le ministère de l'Education nationale et la Conférence des Grandes Ecoles à réfléchir à un projet de réforme des classes préparatoires(la réforme des classes prépas).

 

Document produit par le CEFI


(C) Copyright CEFI for all databases and documents
The URL address of this page is http://www.cri.ensmp.fr/~cefi/
Web server of CRI of ENSMP. Web implementation
revu le: 31/05/2013.